Revenir à C.E.D.H. après le tremblement de terre

Poème J.C Bajeux

UN SILENCE DE DEUIL DEFIANT UN ARRÊT DE MORT

 

Ce plaidoyer, pour un deuil national,  

je voulais l’adresser à ceux qui nous gouvernent,

non pas pour leur dire de sortir de leur silence mais

                            au contraire

pour pénétrer tous ensemble dans un monde de silence

affronter le monumental défi de la mort.

 

Les trois cent petites filles de Saint Gérard

elles sont toutes parties, dansant, chantant

dans un adieu de pieds nus et de jupe longue,

et tant de milliers d’autres sous le béton  concassé,

le 21 janvier, en un jour, en un seul voyage,

dix mille personnes basculées dans les terres de Titanyen.

 

En cet état de mort nous n’aurions que faire de discours

de ceux qu’on débite comme des pensums,

vides comme vent, plus solennels que des draps mortuaires.

La mort elle ne mâche pas ses mots : elle fait ce qu’elle fait

                        avec une efficacité qui pétrifie.

regardant danser les écolières de Saint-Gérard,

nous revoyons ce spectacle qu’elles nous laissent

victoire sur un deuil de mort

                                  quand dans nos yeux elles revivent,

                      par la mémoire par notre regard et notre silence

                                      elles dansent une danse de vie

                                           survivant à tout instant,

                          par leur naturelle grâce

                               défiant l’immobile grimace de la mort  

                cette subite avalanche si brutalement infligée

                        si cruellement, à la face du monde

sachant que nous n’aurions

jamais assez de fleurs pour les embaumer,

jamais assez d’encens pour leur offrir,

ni de mots pour dire seulement la litanie de leurs prénoms,

                                      et encore moins

                             assez de larmes pour les pleurer

                                  

                                       au terrible grondement de la terre                                                                 

                                                 répond notre silence,

                                       dans une persistante existence

                                      d’une autre nature et d’un autre monde

silence du regard et de la mémoire

évocation reconnaissance de ces cinq minutes de danse

qui réveillent les disparus  

par la mort même devenus capsules d’éternité.

 

                  Imaginons le pays couvert d’un deuil de trois fois cent jours

  nos regards devenant le défi que nous dédions aux dieux du malheur

                                          inventant répétant

                                          intemporels

                      gestes et rituels, les chants et les danses,

                      les récits souvenirs et rêves

                      les promesses les parfums et les pardons  

                                               offrandes

                         à tant d’âmes qui flottent parmi nous.